En 2019, 39 migrants vietnamiens étaient retrouvés mort dans une camion frigo. Ils avaient été découverts dans une zone industrielle près de Londres. L'enquête a établi que le camion avait transité par Zeebrugge et que des passeurs étaient actifs en Belgique. D'après nos sources, la police fédérale vient de démanteler une nouvelle cellule active chez nous: elle a des liens avec le drame de 2019.

Ils étaient 39, majoritairement des Vietnamiens, à avoir trouvé la mort étouffés dans un camion frigorifique le 23 octobre 2019. Rapidement, l’enquête remonte vers la Belgique et les passeurs présumés sont arrêtes.

Il y a un peu moins d’un mois, la police judiciaire fédérale a réalisé plusieurs perquisitions, notamment à Anderlecht. L'objectif: démanteler une cellule similaire qui a les mêmes méthodes et des connexions avec celle qui est l’origine du drame de 2019. "On parle de traite des êtres humains. D'organisation criminelle pour des personnes vietnamiennes. Des personnes originaires du Vietnam qui sont arrivées ici en Belgique de manière illégale", explique Pierre-Alexandre Napoli, avocat de deux prévenus.

Si un maillon tombe, il est plus facile à remplacer

Les migrants partaient du Vietnam pour Bruxelles avant de tenter d’arriver en Grande Bretagne.

 

En Belgique, ils sont pris en charge dans des planques, comme celle-ci à Anderlecht:

 

Cette planque a servi à héberger deux mineurs. Ils ont trouvé la mort en 2019. L’enquête concernant cette adresse a permis de mettre les policiers sur d’autres pistes. "Il s'agit de plusieurs enquêtes qui mènent vers un groupe de passeurs actifs depuis des années. Ils sont organisés en chaîne. Si un maillon tombe, il est plus facile à remplacer", précise une source proche du dossier.

Comments

Be the first to post a comment

Post a comment